La banqueroute généralisée, on relâchera les fous des asiles, parce que ça coûte trop cher

Et si, malgré tout, il y avait quand même quelques petites vérités dans ce texte d’analyse de prime abord complotiste, lu ce jour ? A chacun d’en retirer ses propres analyses et prévisions avec les vraies informations et les constatations de notre monde qui se modifie de jour en jour au fil du temps des nouveaux mécanismes financiers…

Réserves Officielles de l'Or en Janvier 2013
Réserves Officielles de l’Or en Janvier 2013

$€£$€£$€£$€£$€£$€£$€£$€£$€£$€£$€£$€£

Le temps va se gâter

Tout le dit…
Aujourd’hui, c’est Gene Arensberg qui annonce qu’il arrêtera en septembre la publication de Got Gold Report, une lettre confidentielle d’excellente qualité sur les métaux précieux et les mines.
Il a vendu tout son immobilier pour être aussi liquide et libre que possible. Il réduit la toile et borde les ris en prévision de la tempête qui s’annonce.

Je ne vais pas vous parler de bourse, un sujet que je trouve extrêmement léger au regard de ce qui nous attend. Nous sommes en 1345.
En 1345, l’effondrement des grandes maisons bancaires florentines des Bardi et Peruzzi amena une véritable désintégration financière. On peut lire dans les chroniques de l’époque que « tout le crédit disparut au même moment». Le krach systémique amena une très forte inflation des produits de première nécessité, une disette et une grande misère pour les masses populaires. La famine se traduit généralement par un affaiblissement des défenses immunitaires de l’organisme humain, ouvrant grande la porte aux épidémies. C’est ce qui arriva en 1347.

L’effondrement monétaire et bancaire auquel vous allez assister pendant les mois qui viennent, en France, en Europe, aux Etats-Unis et partout dans le Monde, n’est probablement comparable qu’à 1345. Comme vous le savez, la plupart des banques sont en faillite depuis 2008. La faillite de Lehman Brothers a fait exploser un système, où toutes les banques sont interconnectées, liées de mille manières par des contrats d’assurances et de ré-assurances sur chaque prêt et chaque hypothèque. A chaque faillite, on s’aperçoit que les biens tangibles ont été ré-hypothéqués plusieurs fois. Nous savons qu’il en est de même pour les lingots d’or du Comex (ndlr : les ETF, cet or papier), du LME, des  sociétés de courtage, les Banques comme ABN AMRO ou ZKB, Crédit Suisse ou JP Morgan,  la Banque de France, la Banque d’Angleterre, la Federal Reserve ou le FMI.
Pour un lingot d’or (physique), il y a entre cinquante et cent propriétaires, donc il y a 99% des propriétaires qui vont être lésés.
Excusez moi, je me suis trompé de temps de conjugaison. 99% des propriétaires (or papier) sont déjà lésés.
Tous les propriétaires qui attendent depuis deux mois que la Banque JP Morgan leur livre leur or au Comex, sont lésés.
Tous les propriétaires de comptes métaux alloués chez ABN AMRO, Rabobank, ZKB, CS, UBS ont été volés. Au lieu de récupérer leur or, ils ne peuvent retirer qu’un chèque d’une monnaie totalement dévaluée, si on regarde l’extraordinaire augmentation de la masse monétaire depuis 6 ans et bien plus encore depuis 40 ans.

Casus Belli
L’Allemagne, qui a accepté de jouer le jeu de la défense de la monnaie fiduciaire depuis 1963 aux côtés des Etats-Unis et de la Banque d’Angleterre, et qui a participé à tous les « Accords de Washington sur l’or » au cours des dernières décennies, s’est fait voler toutes ses réserves d’or (physique) supposément détenues par la Fed.
Il en est probablement de même de la France et de la plupart des pays, qui ont confié leur trésor à la Fed ou à la Banque d’Angleterre.
Un tel pillage par des confréries internationales de voleurs en col blanc, les Banksters qui tiennent le haut du pavé d’une très grande partie de l’oligarchie anglo-amércano-sioniste, ne peut pas se dérouler sans que les nations volées ne se lèvent militairement contre ces voleurs. Ces vols à très grande échelle ont été réalisés sous l’égide du FMI, de la World Bank et de toutes les instances créées à l’origine pour essayer de créer un Monde meilleur, mais ces instances ont été totalement détournées de leurs buts par une organisation d’hommes extrêmement puissants. Ils tiennent aujourd’hui tous les leviers du pouvoir à Washington, New York, Londres, Bruxelles, etc.

Guerre Monétaire
L’Histoire est déjà ancienne. Vous avez peut être entendu parler de ces centaines de milliards de dollars en bons du Trésor américain, dont une partie a été saisie en Italie à la frontière suisse. Affaire relatée brillamment par Jean-Marie Leray et qui raconte la saisie de 6.000 milliards de Treasury-Bonds de 1934 soit disant « politiquement » faux mais parfaitement authentiques, dans leurs boites d’origine, elles-mêmes dans des malles de la Federal Reserve. Ces bons du Trésor émis en  Dollar-or et Dollar-argent de 1934, représentent une fortune inouïe, le Trésor des familles régnantes asiatiques, les « dragon families« .
En 1929, onze ans après la fin de la guerre de 14-18 et seulement 6 ans après les crises monétaires de 1923 ( Weimar, Autriche, … ), le système monétaire international part à vau-l’eau et l’économie s’effondre. Les plus hautes instances de l’oligarchie financière mondiale se réunissent et proposent aux familles régnantes un système de gouvernance mondiale, qu’ils appellent le « Nouvel Ordre Mondial« . Ils proposent une seule monnaie de référence, garantie par les métaux précieux :
« le Silver Purchase Act de 1934 oblige le Trésor américain à ce que les réserves d’argent représentent en valeur  le tiers des réserves d’or. »

C’est ainsi que pour contribuer à bâtir une société meilleure, l’oligarchie asiatique  (coréenne, japonaise, chinoise, +++) va confier au Trésor américain des quantités phénoménales d’or et d’argent contre des Bons du Trésor, libellés en dollar du futur « Gold Exchange Standard », qui ne sera officialisé qu’en 1944. Pour mémoire, depuis l’antiquité, l’or et l’argent produits en occident puis aux Amériques étaient drainés vers l’Orient, réputé être un puits sans fonds. Toute la masse monétaire servait à acheter les richesses produites aux Indes, en Indochine et en Chine.

Si John Kennedy a honoré les bons du millésime 1934 en acceptant d’en convertir une partie, il chercha à évincer la Fed pour redonner au Trésor américain le pouvoir monétaire. Il a été assassiné. Peu de temps après, le Dollar a été attaqué à la bourse de Londres,  des puissances inconnues convertissaient leurs dollars en or, amenant l’occident à créer le « London Gold Pool » pour essayer de conserver le rapport Dollar-Or à 35$ l’once. De novembre 1961 à mars 68, les banques centrales occidentales mais surtout la Federal Reserve dut vendre des quantités phénoménales d’or pour maintenir cette parité. Le président de la Fed, William McCesney-Martin, avait déclaré qu’il défendrait le dollar jusqu’au dernier lingot. Ce qu’il fit. Il est probable que les familles oligarchiques, qui avaient confié leur or à la Fed en 1934 ont réussi à en récupérer une partie à ce moment-là.
En politique, le hasard n’existe pas. De la même façon, qu’il y a un lien entre « mai 68 » et le fait que de Gaulle avait rapatrié l’or de la France (ndlr : qui avait été mis à l’abri de l’invasion Allemande au Etats-Unis) affaiblissant le Dollar. Il y  en a de plus complexes encore entre l’attaque du Dollar à Londres et la guerre du Vietnam.
NB: c’est, bien sûr, mon interprétation de toute cette histoire très complexe.

Retour à 2013
Depuis plusieurs années, des puissances coalisées Chine, Inde, Russie, Allemagne … utilisent les armes des Banksters de Londres et de New York pour vider l’occident de son or et de son argent. L’an dernier au printemps, le Cartel a perdu une gigantesque bataille de nanotrading face à ses adversaires, vidant totalement les stocks d’or des ETF et des banques suisses, qui avaient loué leur or à leurs habituels comparses.  La demande de rapatriement de l’or par le Vénézuella, puis par l’Allemagne a mis en évidence le fait que les Etats-Unis n’ont pas le centième de l’or, qui leur a été confié. Tout a été volé par les caciques du pouvoir, les Bush, Clinton et leurs affidés en occident.
La Chine a accumulé plus ou moins secrètement plus de 8.000 tonnes d’or et près de 20.000 tonnes d’argent, sans même évoquer ces 250.000 tonnes de cuivre très brutalement retirées des entrepôts du LME entre mai et juin 2013.

A n’importe quel moment, la Chine peut mettre en place son nouveau système monétaire, dans lequel la monnaie serait garantie par des matières tangibles (Or, Argent, Cuivre, Pétrole, Nickel … ). Instantanément, la valeur de toutes les monnaies purement fiduciaire serait néantisée. Les Banksters américains et les oligarques du système occidental négocient pied à pied, mais ils ont le couteau sous la gorge. Le GOFO n’est quasiment jamais négatif. En 20 ans, le total des jours en négatif se compte sur les doigts. Il n’y a jamais eu une crise plus longue que celle que dévoile cet indicateur depuis le 8 juillet. Cela indique des faillites cachées autrement plus graves que celle de Lehman Brothers en 2008. Les défauts successifs sur la livraison d’or par ABN AMRO, Rabobank, ZKB, CS,  JPM … montrent la partie émergée de l’iceberg. Cela pourrait vous sembler un problème de riches…
Maintenant, si vous considérez la faillite de Détroit, la semaine dernière. La ville gérait les retraites de tous ses fonctionnaires actuels et passés. Ils auraient perdu 90% de leur retraite.
Les Banksters ont profité du manque de compétence, de probité ou de courage, et souvent de la bêtise, de la cupidité ou de la soumission des élites pour corrompre les comptes des villes, des régions, des administrations et des gouvernements pour les aider à falsifier les comptes avec des produits à très hauts risques, qui ont accéléré la faillite. Les retraites espagnoles et portugaises sont désormais en bons du trésor de pays au bord de la faillite, pour leur permettre de tenir 9 mois de plus. Les cotisations sociales de nos enfants et peut être de nos petits-enfants sont déjà hypothéquées,  même s’ils sont encore à l’école. Les caisses de chômage sont vides, alors que le nombre de chômeurs augmente tous les jours. Les Compagnies d’Assurances ne sont que des façades, tous leurs actifs ont été déménagées. Vos assurances-vie ont servi de dépotoirs dans lesquels vous trouverez les obligations du Trésor de la Grèce, dont les banques cherchaient à se débarrasser. Elles ne valent rien. Les gouvernements cherchent désespérément à rallonger les délais avant que vous puissiez en jouir. Ils espèrent que les fonds apportés par les nouveaux cotisants, pourront permettre de servir ceux qui cherchent à en sortir. C’est une pyramide de Ponzi.
Nos banques, Crédit Agricole, Société Générale, Natixis, … ont utilisé leurs fonds propres et vos dépôts pour jouer avec des leviers insensés. Ils ont tout perdu. Des lois ont été passées pour prélever arbitrairement une partie de vos dépôts pour combler les trous. C’est objectivement stupide. Même en prélevant 100% de vos dépôts, cela ne boucherait pas des pertes qui se montent à plusieurs dizaines de fois la totalité des dépôts.
Nous sommes dans une banqueroute généralisée.

Les autorités monétaires et bancaires cachent ce fait depuis 2008. Elles ont créé ex-nihilo des milliers de milliards de dollars, d’euros, de livres ou de yens pour tenter de maintenir le système debout. En réalité, le système a besoin de milliers de milliers de milliards. En 2009, global research évoquait les 1,5 quadrillions de $ en produits dérivés répertoriés par la BIS. Le pouvoir d’achat de la monnaie va être néantisé dans les 3 ou 4 ans qui viennent.
C’est pour cela qu’attendre de voir baisser l’or ou l’argent pour en acheter est totalement suicidaire. C’est à peu près aussi intelligent que si vous attendiez que l’essence baisse à la pompe pour faire le plein de votre voiture. Le prix du baril de pétrole va doubler dans les 9 mois. De ce fait, tous les produits qui ne sont pas produits localement vont augmenter fortement à cause du prix du transport. Tous les produits dérivés vont augmenter massivement. Le pouvoir d’achat de votre salaire, de votre allocation chômage ou de votre retraite va être très vite divisé par deux. Cela ne sera que le début.

Comme en Grèce et comme aux Etats Unis,  les gouvernements vont devoir liquider des dizaines de milliers de fonctionnaires.
On a déjà fermé des tribunaux sous Sarkozy et de très nombreux hôpitaux en Province ou en Région Parisienne, on va fermer des écoles, des universités, des commissariats. Le nombre de casernes à l’abandon est impressionnant. L’armée française n’a quasiment plus de matériel. Les rangers fournies sont de tellement mauvaise qualité, qu’il faut scotcher la semelle pour pouvoir marcher. Bientôt on réduira encore. Les  poubelles ne seront ramassées qu’un jour sur deux. Les chaussées seront pleines de nids de poule. La qualité de l’eau va baisser.
On relâchera les fous des asiles, parce que ça coûte trop cher et on videra les prisons faute de pouvoir payer les gardiens et nourrir les délinquants. Une fois relâchés, ceux-ci sauront qu’ils auront désormais une totale impunité… alors qu’il vous sera interdit de vous défendre et de faire justice vous-même.

Cela va aller très vite désormais.

$€£$€£$€£$€£$€£$€£$€£$€£$€£$€£$€£$€£

Note LibeVent : Les gentils économistes jusqu’aux prix Nobel, les analystes ayant pignons sur rue, de tous temps se sont trompés. Alors à nous de voir, sachant que seul l’avenir nous dira si ces scénarios sont complètement ou seulement en partie farfelus. Cependant, dans un monde où les loups et les chacals en cols blanc sont de plus en plus assoiffés, où les individualismes se développent fortement, où les pouvoirs des politiques sont de plus en plus faibles, où les lobbys internationaux sont de plus en plus puissants, soyons prudents dans un sens comme dans l’autre sans non plus tomber dans une paranoïa excentrique, mais il n’est jamais interdit d’envisager les pires hypothèses afin de mieux tenter de se prémunir  contre le pire, au cas où…
La sagesse populaire ne dit-elle pas « qu’un homme averti en vaut deux » ?

Pour terminer voici une petite illustration toute récente :

Le Portugal s’empare de la caisse de retraite pour soulager son service de la dette
La semaine dernière, le gouvernement portugais a donné son feu vert pour permettre aux fonds de pension de pouvoir investir davantage dans les obligations d’État portugaises. Désormais, les fonds de pension pourront investir jusqu’à 90% de leurs actifs en obligations souveraines, alors qu’ils étaient limités à 55% jusqu’à présent. L’écart représente environ 4 milliards d’euros, une bénédiction pour le gouvernement qui veut réduire ses coûts de financement. Le Portugal n’a pas besoin de financement supplémentaire pour 2013, mais cette nouvelle mesure devrait lui permettre de couvrir un quart de ses besoins de financement pour 2014.

La technique employée par le Portugal n’est pas nouvelle, et les économistes lui ont même trouvé un nom, parlant de «répression financière». En poussant les investisseurs captifs à placer leurs avoirs dans les obligations gouvernementales, elle permet de réduire les coûts de service de la dette publique. Lorsque les taux d’intérêt passent en dessous du taux de croissance nominal (taux de croissance majoré de l’inflation), la dette exprimée en pourcentage du PIB  tend à baisser. « Pourquoi voudriez-vous restructurer la dette alors que la répression financière est si élégante? », demande Joseph Di Censo, un ancien fonctionnaire du FMI devenu gérant de portefeuille chez BlackRock.

Cette technique a été largement employée au sortir de la Seconde Guerre mondiale et elle a permis à différents pays de se sortir de leurs dettes qui avaient alors atteint un niveau inédit.

Entre 1945 et 1980, le niveau des taux d’intérêt des obligations d’État était inférieur au taux d’inflation, de sorte que les taux d’intérêt réels étaient négatifs, ce qui a permis aux pays de réduire leur endettement réel.

Mais ce qui se passe aujourd’hui est plus subtil. La BCE maintient le taux de l’inflation en deçà de 2%, et les gouvernements ne peuvent donc compter sur cette dernière pour réduire leur fardeau. Mais en fixant aussi des taux d’intérêt de base à un faible niveau, la BCE les a tout de même incités à avoir recours à cette méthode, car avec la crise financière de la zone euro, les opérateurs étrangers ont été dissuadés d’investir dans les dettes des pays de la périphérie, obligeant les autorités de ces pays à faire appel aux investisseurs domestiques. L’Espagne a ainsi récemment augmenté la part d’obligations souveraines espagnoles détenue par le fonds de sécurité sociale, pour la faire passer de 90% en 2011 à 97% en 2013. L’Italie a conçu des obligations destinées à des petits investisseurs, revendues en ligne sans commission. Et depuis le début de la crise, l’Irlande a changé sa réglementation pour inciter les fonds de pension domestiques à investir dans les obligations souveraines du pays.
Mais si ces pays ne peuvent éviter une restructuration de leur dette, cela signifie que ce sont leurs banques et leurs citoyens qui subiront directement les pertes, rappelle le Wall Street Journal.
(Source)

D’après certaines infos, la FED va imprimer et mettre en circulation un nouveau billet de 100 dollars US.
Plusieurs hypothèses sont émises au sujet de ce nouveau billet de Cent Dollars. On parle notamment d’une scission du Dollar intérieur et du Dollar extérieur.
Certains analystes pensent que cela permettrait de dévaluer le dollar intérieur de 20% et de laisser l’inflation courir à l’intérieur du territoire américain, sans pour autant dévaluer le dollar des échanges internationaux. C’est évidemment un leurre. La Chine travaille depuis plusieurs années pour instaurer des échanges bilatéraux en Yuan ou monnaie locale en se passant du dollar, diminuant à chaque fois la puissance du Dollar sur l’échiquier international. Il n’y a aucune chance que ce dollar international ne soit pas également fortement dévalué.

Ce changement de billet pose un très gros problème à l’économie parallèle et notamment au Cartel de la drogue. Comme vous le savez, les principales banques mondiales sont très impliquées dans le blanchiment de l’argent sale. C’est probablement elles qui ont repoussé plusieurs fois l’introduction de ce nouveau billet, pour se laisser le temps de transformer leurs containers pleins de vieux dollars puant l’héroïne ou la cocaïne en une autre monnaie plus présentable.
Il n’est pas impossible que l’or et l’argent n’aient pas joué un rôle ces dernières années. Les pièces sont plus anonymes que les billets. Cela pourrait expliquer en partie la hausse de la demande d’Or et d’Argent aux USA et au Canada, mais aussi ailleurs dans le Monde.

C’est l’or, il est l’or, l’or de se réveiller Mon‬seignOr, il est huitOr…
La fin de l’année devrait être passionnante.